ITW Bernard Heissel, Responsable Educatif du centre de formation

De LSC | Dans Centre de formation, Interview | le 7 octobre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photo ci-dessus des U18 France saison 2016/2017 avec Bernard Heissel, debout à droite de la photo.

 

Bernard,

Peux tu nous rappeler ton historique au sein du club ?

B.H 

-Je suis arrivé lors de la saison 1979/1980 à Asnières en tant que coach U15. Nous étions allés jusqu’en 8em de Coupe de France face à Denain cette saison là.

J’ai ensuite coaché des U15 Filles et U18 Filles jusqu’en 1986.

Ensuite de 1987 à 1996, j’ai coaché les Garçons U18 France (87-93) et Espoirs Région (équivalent aux U20 Région actuels) de 93 à 96.

Le club est devenu le LSC Basket après 1991.

De 1997 à 2004,  j’étais coach U15 France/Région et depuis 2004, je suis éducateur du Centre de Formation et responsable de l’équipe U18 France.

 

Rappel : Le club se nomme depuis 2007 : Le Paris Levallois et Paris Levallois Association pour le secteur amateur depuis 2009.

 

Peux-tu revenir sur ce choix de passer de coach à éducateur au sein du club ?

B.H

-Lorsque je coachais, je suivais déjà les joueurs à propos de leur vie quotidienne. Monsieur JF Rouziès, de part mon métier d’éducateur spécialisé, m’a ensuite demandé en 1995 de mettre en place le  mode de fonctionnement du centre de formation (gérer et organiser la vie quotidienne du jeune joueur, le rappel à la loi à travers des règles de vie, le travail et le suivi scolaire, les relations avec les lycées, CPE…, les prises en charge spécifiques des jeunes de 15, 16 et 17 ans avec  les découvertes de musées, d’endroits touristiques et atypiques des environs afin que chacun s’ouvre à différents horizons.

 

Revenons sur les partenariats du centre de formation avec les lycées, lesquels? depuis combien de temps ? Quel est le fonctionnement ?

B.H

-Depuis 1992, nous avions commencé à être en relation avec le lycée Léonard de Vinci pour les U18 et Espoirs. C’était difficile de travailler ensemble  : eux se sentaient obligés de prendre des basketteurs par exemple.

De 1992 à 2016, les relations sport de haut niveau et de l’éducation nationale ont évolué.

Nous travaillons depuis avec le lycée Léonard de Vinci à Levallois, Catherine Labouré à Paris, Pinbé et Paul Lapie à Courbevoie, en étroite relation avec les CPE, les professeurs à propos de chaque jeune du centre de formation scolarisé.

Un exemple ?

-Lorsque Giovan Oniangue a eu quelques difficultés relationnelles avec son professeur d’histoire/géo, nous avons pris le temps de nous rencontrer avec les différents acteurs cités auparavant ainsi que Giovan afin que chacun comprenne la position et les réactions d’autrui.  Les difficultés se sont estompées et le dialogue a pu de nouveau être instauré entre le professeur et le jeune lycéen basketteur.

Les Professeurs sont sensibles au projet-basket des jeunes. Leurs démarches doivent être sincères pour que les relations prof/jeune soient les plus performantes possibles.

Chaque jeune du Centre de Formation porte l’étiquette du club au Lycée, il est donc crucial de donner une bonne image.

 

Peux-tu nous citer quelques joueurs que tu as côtoyés qui sont devenus Pros ? Le message transmis ?

B.H

-Adrien Moerman, la génération Sacha Giffa, Vincent Masingue de 1992 à 1995,  la génération Giovan, Ada, Andrew.

Le but est que chacun puisse avoir la possibilité de se reconvertir après leur carrière sportive.

 

La relation technicien / Educateur, peux tu nous éclaircir sur cette dernière ?

B.H

-Avec Emmanuel Pinda, coach Espoirs, et le staff, nous mettons l’accent sur la faculté d’adaptation du jeune au travail scolaire, qu’il se structure au quotidien afin de prétendre à un parcours d’excellence. Le scolaire n’est pas dissocié du sportif et inversement. Nous formons en quelque sorte un duo.

Les difficultés rencontrées sont cependant de taille. Trouver un équilibre entre le travail scolaire demandé et l’exigence du haut niveau est essentiel dans notre fonctionnement.

 

As-tu un modèle qui pourrait se rapprocher de tes idées en terme de fonctionnement scolaire/sportif ? 

B.H

-Le modèle Allemand pourrait s’y rapprocher. Les heures de cours et les temps de récupération sont différents. Les après-midi sont réservés aux activités ce qui laisse des plages horaires conséquentes pour les trainings et la récupération.

 

Quelle est la prochaine étape à franchir en terme éducatif au sein des clubs selon toi ?

B.H

-Professionnaliser les clubs en terme éducatif, cela comprend le relationnel avec l’éducation nationale et aussi l’accompagnement, l’apprentissage à l’autonomie, les résolutions de conflits avec les jeunes, « le faire ensemble avec le jeune » concernant toutes les tâches quotidiennes, la pédagogie, faire face aux accidents de la vie, aux réactions des parents du joueur et à la famille…

 

As-tu des souvenirs marquants à nous citer lors de ton parcours ?

B.H

-Les retrouvailles avec les anciens joueurs. Quand Adrien Moerman est revenu par exemple avec le CSP Limoges lors d’un shooting d’avant match salle Cerdan à Levallois, nous avions pu prendre le temps de discuter du passé. Les retours de Vincent Masingue et Sacha Giffa, le mariage de Giovan Oniangue sont aussi des événements qui illustrent le lien fort avec les joueurs passés au centre de formation.

 

Donnons pour finir  la parole à Frédéric Loubaki, joueur Espoir/Pro du PL :

F.L   – Question) Bernard, est-ce que tu prends toujours du plaisir à t’occuper des jeunes du centre de formation ?

B. H   – Oui, le travail éducatif est passionnant. S’investir auprès des jeunes, être exigeant vis à vis des jeunes, donner du bon sens à chacun, tous ces critères font partie du savoir faire  que je souhaite continuer à transmettre.

 

Frédéric, as-tu une phrase pour finir cet itw à propos de Bernard Heissel :

F.L  – Merci à Bernard d’être à nos cotés, nous les jeunes du centre de formation, il assure un suivi permanent et offre beaucoup de son temps pour notre bien.

 

 

 

 

 

2 Commentaires pour "ITW Bernard Heissel, Responsable Educatif du centre de formation"

  • Pierre Nabet a dit:

    8 octobre 2016 à 14:14 - Répondre

    Bernard Heissel est un rouage indispensable de la formation des joueurs du centre de formation.
    Aux côtés d’un encadrement technique de haut niveau, sa compétence unanimement reconnue dans les milieux éducatifs alliée à une approche imprégnée d’humanité offre un cadre privilégié aux jeunes qui ont la chance de bénéficier de son travail.

  • Ron Stewart a dit:

    11 octobre 2016 à 02:10 - Répondre

    Il y’a pas de centre de formation performant sur les terrains et surtout en dehors si Bernie n’est pas la. J’ai eu le plaisir de travailler avec lui lorsque Slyvain Lautié et moi étaient coachs du centre de formation en 1993 à 1995. Notre réussite sur le plan basket, c’est à dire « former », plutôt donner des utiles aux jeunes pour qu’ils travaillent pour devenir meilleurs, ce n’était pas possible de le faire comme on souhaitait s’il n’y avait pas Bernard. Depuis j’ai l’honneur de dire que c’est un ami et quelqu’un d’incontournable Au sein du club. J’ai pas assez de mot pour exprimer son importance. Bisous sur le front Berni . Love you !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.